Étiquette : humeur

Confessions de rentrée.

Je vous l’avoue, je reviens après un temps d’absence. Rassurez-vous, ce n’est pas par manque d’inspiration ou de motivation. Mais pendant longtemps, je me suis demandé si je devais poster quelque chose. Si je devais absolument faire parce qu’il faut faire. Et dire parce qu’il faut dire. Parce que ça amène du trafic, que ca montre du contenu, que ça fait bien, que c’est beau. Mais après, je vous avoue que je me suis concentrée énormément sur la fin de ma vie étudiante à plein temps. C’est pourquoi, je vous écris ces confessions de rentrée.

Alors, les nouvelles?

Comme vous le savez, je suis dans un tournant de ma vie. J’avais quelques examens à repasser avant l’obtention de mon diplôme en master en communication. Rien de grave à première vue. Et je vous avoue que les nouvelles n’ont pas été comme je l’espérais. Toutes les projections que je m’étais faites cet été comme trouver un job, chercher un appartement, commencer ma vie d’adulte qui travaille s’est éloigné encore plus. Mais le plus dur c’est d’être face à l’échec encore une fois et de ne pas être capable de faire une année complète en une seule et unique année scolaire. Mais au final, je ne devrais pas voir cela comme un échec mais plutôt comme une bataille que j’ai perdue pendant la guerre.

J’ai donc pris du recul une journée. Une journée où je me suis demandé pourquoi je le faisais? Pourquoi je m’étais lancé le challenge de faire un master en néerlandais? Pourquoi je choisis la difficulté en 2 ans plutôt que 3 ans pour un parcours plus « simple » et surtout, en français. Mais après tout, la question que je me pose vraiment c’est pourquoi on m’a laissé la possibilité de faire un master dans une langue qui n’était pas la mienne si l’on me reproche de ne pas avoir le niveau suffisant pour réussir un master? J’ai beau me voiler la face et chercher un autre coupable que moi même mais ça ne changera en rien le résultat.

Alors je m’ouvre à vous, et vous fait part de ma sensibilité à faire face à la difficulté. J’essaie de l’accepter. Difficilement mais j’essaie. Cela serait vous mentir si je ne vous disais pas que je n’avais pas pleuré. Parce que oui, des larmes il y en a eu face à cet échec. Mais ça serait aussi vous mentir que de vous dire que je ne m’étais pas remis en question sur mon aptitude à réussir ce master et à envisager ne pas continuer. Mais ce n’est pas dans ma personnalité. Je me relève toujours face à la difficulté et j’affronte la prochaine bataille encore plus forte qu’avant. J’ai commencé à travailler sur des projets qui sont tellement motivants. Ils seront partie intégrante de mon avenir et les abandonner serait un tel gâchis. Je reviens dans quelques jours avec un programme de rentrée au top ! J’ai pas envie de faire trop. J’ai envie de faire ce qui est juste et de me concentrer d’abord sur les priorités. Et je veux surtout me nourrir de cela. Je veux grandir de cette période pour prendre le temps de faire les choses biens. Et surtout d’y mettre tout mon coeur.

LifeStory #1

Nouvelle rubrique sur le blog: LifeStory. J'avais envie de faire chaque lundi, un petit retour sur les moments que j'ai le plus aimé la semaine passée. Que ça soit des moments, émotions, des coups de coeur, bref, tout ce que j'ai pu expérimenter et rencontrer cette semaine. Une sorte de rétrospective sur moi-même et histoire aussi de vous montrer qu'il ne vaut pas planifier beaucoup pour avoir une bonne semaine. Et même si vous n'avez pas eu une bonne semaine, il y a toujours quelques petits moments qui ont fait qu'elle n'était pas si mal que cela au final. Alors c'est parti. J'en ai choisi 4 cette semaine et j'espère que cette nouvelle rubrique vous plaira et que vous partagerez vous aussi vos petits moments fétiches de la semaine. Alors, on y va?

Le printemps est définitivement de retour. C'est c'est un spectacle que j'adore regardé. Les fleurs reviennent petit à petit. Le soleil est là dès le matin. Ce que j'adore surtout c'est les fleurs roses de arbres. Je pense que je dois être amoureuse des fleurs de cerisiers du japon. Et toutes les fleurs roses des arbres en général, je dois avouer. Pourtant, je ne suis pas très rose mais quel douceur, quel bonheur. Je pourrais rester des heures a admirer, a juste m'allonger dans l'herbe et profiter de la chaleur du bon temps sur ma peau. Et puis, un avantage d'habiter la campagne c'est de pouvoir entendre le bruit des oiseaux, des abeilles qui reviennent et d'être juste au calme.

Le bon temps étant de retour, je profite de mes bébés pour faire quelques photos. C'est ce que j'adore quand je suis chez mon père c'est que je peux retrouver mes bébés d'amour. Oui, autant d'adoration pour des petites boules de poils mais résisterait ? 15 ans que ce bébé partage ma vie et je ne peux imaginer qu'il me quitte un jour. Il se fait vieux je sais et puis, il perd parfois un peu la tête. Mais je suis toujours autant amoureuse de lui. Couscous de son petit nom. Mais je vous avoue que ça fait un bien fou de revenir à la maison et d'être en famille pour profiter et surtout me reposer. Même si je l'avoue, ce week-end n'a pas été de tout repos.

Vendredi, j'ai eu la chance d'assister au 5ème année du magasin Baker Street à Ath. Pour l'occasion, petit verre de bienvenue, hamburger, défilé pour présenter la collection printemps-été 2017 et danse d'un groupe de fille très douées. Je ne vous en dis pas plus parce que je compte revenir dessus plus en détail avec un article complet pour présenter le magasin et l'événement. Mais je peux juste vous dire que pour l'occasion, j'ai joué les photographes d'un jour et que j'ai vraiment beaucoup apprécié jouer le jeu. Je ne suis pas professionnelle mais quand je vois le résultat de certaine de mes photos, je suis bluffée. J'essaie de m'améliorer en tout cas et de proposer à chaque fois du contenu de plus en plus pro. Je sais que j'y arriverai.

Travaillant la semaine sur Gand, il m'arrive parfois pendant la pause de midi, de me balader et de découvrir encore un peu plus la ville. Et vous l'aurez compris si vous me suivez sur Instagram (juste ici), je suis tombée amoureuse de la ville. J'aime tout: l'ambiance, l'architecture, les gens. Un réel coup de coeur. Comme je n'en avais pas eu depuis longtemps pour une ville. Alors petit anecdote: Gand est appelée la ville des trois clochés. Et je vous ai pris ici sur cette photo l'un des trois qui passait sur mon chemin. Il me tarde d'en découvrir encore plus chaque jour. Même si je me chagrine d'avoir déjà fini mon stage presque et de ne plus devoir m'y rendre là-bas tous les jours. Mais si je n'ai plus l'occasion d'aller travailler la-bas, je reviendrai c'est sûr!

Voilà qui clôture ma semaine précédente. J'espère que cette rubrique vous plaira. En tout cas, moi, j'adore, ça m'oblige à prendre mon appareil photo, à être plus attentive sur le monde qui m'entoure et à profiter de chaque instant qui s'ouvre à moi. Sinon, et vous, votre semaine passée, ça donnait quoi? Bisous mes chatons.

Si vous voulez qu'on reste en contact ça se passe par ici: 
Facebook - Instagram - Twitter - PinterestHellocoton

Stop, quand trop c’est trop: mes conseils d’organisation

En ce moment, je vous l’avoue, j’ai un peu de mal niveau organisation. Pour vous dire, je suis en train d’écrire cet article à une heure tardive. J’avais envie de vous écrire un article. Mais la raison voudrait que je dorme ou alors que je sois un peu plus productive dans les travaux scolaires que je dois faire. Mais ce n’est pas du tout un manque de productivité ou de motivation loin de là mais plutôt un manque de temps. J’ai l’impression ces derniers temps de ne vous dire que cela mais les journées de 24h sont trop courtes.

Pour tout vous avouer, j’ai peur de l’échec. Et je suis en constante compétition avec moi-même. C’est assez paradoxal dans un sens. Mais j’arrive à me mettre une pression quand je n’arrive pas à faire quelque chose et je m’en rends malade. Ca ne m’empêche pas d’avancer mais disons que ça me bloque pour faire certaines choses que j’aimerais faire. Je suis perfectionniste. Parfois il arrive que je bâcle certaines choses pour pouvoir peaufiner ce que j’aime et ce que j’ai envie de faire réellement.

Mais j’ai surtout en ce moment un manque d’organisation. J’arrive à un stade ou la liste est tellement longue à faire que je n’en vois pas la fin. Je fais étape après étape pour ne pas perdre les pédales mais j’ai l’impression de foncer droit dans un mur. J’essaie de relativiser en disant que ma vie d’étudiante est bientôt finie. Et surtout que je pourrais après me consacrer à ce que j’aime. Faire autre chose que de lire des textes philosophiques sur la culture de la technologie ou d’autres sur la régionalisation du monde. J’ai donc eu un déclic, il est temps d’arrêter de me plaindre et de me donner un bon coup dans le cululu.

Alors pour me restructurer un peu, je vous donne deux, trois astuces pour vous aider à vous recentrer et être plus productif:

  • Faite une To-do list, je pense qu’avoir une vision générale de tout ce que l’on doit faire peut aider à voir les tâches qui sont plus urgentes et celles qui peuvent être remise à plus tard.
  • Organiser vos journées avec une liste de tâches « faisables ». Si vous planifier trop de chose en une journée, vous n’allez pas en voir le bout. Et vous allez surtout vous décourager. Mieux vaut revoir ces objectifs de la journée quitte à si l’on a fini prendre l’avance sur le lendemain que de ne pas arriver à tout caser et être frustrée au soir.
  • Prenez des pauses pour vous. Si vous êtes stressé, il vaut mieux faire une pause de 15 min par exemple. En se déconnectant totalement de l’activité en cours vous allez pouvoir mieux repartir après. Et puis ça va vous permettre qui sait de trouver d’autres idées que vous n’auriez pas eu au par avant.
  • Mettez au plus loin tout ce qui pourrait vous distraire. J’entends par là téléphone et autres objets qui nous font perdre des minutes précieuses. Comme je vous l’ai dit autant bosser 1h à fond sur une tâche et puis, se récompenser avec un épisode de série ou autre une fois celle-ci accomplie.
  • Ecoutez votre corps. Rien ne sert de se lever à 5h et de ce coucher à 0h pour tout pouvoir planifier. Il faut parfois s’écouter. Parce que quand on est fatigué, on est donc moins concentré. On arrive donc à faire moins de tâche.

Bref, mes chatons, c’était juste un petit article humeur pour vous dire que je vais bien et que je suis un peu débordée. J’espère que ces petits conseils vous aurons aidé. Mais je reviens en force bientôt. Et surtout je prépare un programme au top pour le mois d’avril: les 1 an du blog. Des concours et surtout des articles mode comme je les aime. Bisous mes chatons.

Si vous voulez qu'on reste en contact ça se passe par ici: 
Facebook - Instagram - Twitter - PinterestHellocoton

Je suis une fille

Je suis une fille donc je dois forcément aimer le rose, jouer à la barbie où à la dînette. Je suis une fille alors forcément, je suis faible, je n’ai pas de force ni de condition physique. Dans tous les cas, je suis dépendante de quelqu’un. Je suis une fille et chacune de mes réactions est exagérée: je suis hystérique, je dois pleurer à chaque fois qu’il y a quelque chose de triste, mignon ou émouvant. Dans tous les cas, je suis chiante. Je suis une fille donc je dois absolument trouver un mari, je suis jalouse et je vais dépendre de lui. Dans tous les cas, je finirai soit coincée, soit salope. Je suis une fille donc je suis prédisposée aux tâches ménagères, à élever mes enfants et finir mère au foyer. Dans tous les cas, c’est un bien meilleur avenir qu’astronaute, médecin ou président. Je suis une fille donc je ne dois pas réfléchir, je ne dois pas donner mon opinion et je dois obéir. Je suis une fille donc je dois écouter mon père, mon mari voir mon fils. Parce que ce sont eux les hommes et ils savent tout mieux que moi. Je suis une fille donc si je travaille, je dois être payé moins, ne pas avoir les mêmes droits que les hommes ni même les mêmes avantages. Je suis une fille et dans tous les cas, je sais que la route vers l’égalité des sexes est encore longue.

Certains clichés font encore l’actualité aujourd’hui. Pour énumérer la liste juste au dessus, il ne m’a fallu qu’une seule recherche sur Google. Et encore, j’ai arrêté l’énumération parce que plus j’en lisais, plus ça me rendait malade. Je n’avais pas envie de faire un article la dessus mais l’inspiration en ce jour international de la femme est venue comme ça suite à des réflexions de certains hommes machistes et misogynes sur les réseaux sociaux. Alors pour une fois j’affirme mon côté féministe. Pour une fois je soutiens le #girlpower encore plus qu’à l’habitude parce que même si l’égalité des sexes et les droits de la femme sont meilleures qu’elles ne l’étaient du temps de ma mère, ma grand-mère ou mon arrière grand-mère, le chemin est encore long. Et les mentalités doivent encore changer. Une fois j’ai dit mais pour les 365 jours à venir. Bisous mes chatons.

Si vous voulez qu'on reste en contact ça se passe par ici: 
Facebook - Instagram - Twitter - PinterestHellocoton
*photo provenant de Pinterest – pour préciser, je tiens à dire que j’ai écrit cet article au 1000 eme degré. En aucun cas je ne veux blesser quelqu’un à travers mes propos.

Les mots sur les maux

Je vous avoue, je n’avais pas le coeur ces derniers jours à poster quoi que ce soit sur le blog ayant perdu vendredi dernier un être cher à mes yeux, à mon coeur: ma grand-mère. Mais je me devais de vous prévenir que je n’avais pas déserté le blog pour les mauvaises raisons. Continue reading « Les mots sur les maux »

Prof de Légo

C’était hier je crois ou de la semaine en tout cas que je suis tombée sur l’article du siècle dans le journal gratuit, Le Metro: l’Université de Cambridge recherche un professeur de Lego qu’elle est prête à payer (accrochez-vous bien) 8000€/mois.  Alors je ne sais pas si c’était la fatigue post-premier-examen qui a fait ça ou si c’était la pure réalité mais je vous avoue que je ne savais plus trop qu’en penser. Continue reading « Prof de Légo »

Cette année 2016

Cette année 2016 arrive à sa fin et j’ai envie de revenir avec vous sur les moments qui ont marqué ma vie et qui ont marqué cette année riche en souvenirs. Si je devais résumer 2016 en quelques mots, je commencerais par le mot passion. Parce que j’ai osé me lancer et découvrir quelque chose que je pensais avoir toujours en moi. Cette envie de partager de raconter mon histoire et de vous partager une partie de moi. Continue reading « Cette année 2016 »

Instagram rend les blogs has been?

C’est en lisant plusieurs articles dans la presse dont un sur la légendaire blogueuse française: Betty Aulier du blog, le blog de Betty que j’ai été interpellée. Ou encore ici l’article de Dolly Jessy sur l’escroquerie d’Instagram.  Ou bien le coup de gueule de Coralie de Elles en parlent, juste ici. A quel propos vous me direz? Et puis sur le fait que blogger, c’est limite HAS BEEN? Continue reading « Instagram rend les blogs has been? »

Docteur, Noël c'est pas mon truc, est-ce grave?

Docteur,

Je suis venue aujourd’hui vous raconter mon petit problème. Vous savez rien de grave, enfin je crois, quoi que je viens quand même raconter mes petits tracas donc je me lance. Vous voyez, depuis un petit temps, je dirais un bon mois maintenant, je vois tout le monde s’activer autour de Noël, s’émerveiller devant les grandes décorations en ville, les lumières, les sapins, les marchés de Noël, les boules de Noël, les guirlandes, la neige, le froid. Vous voyez, tout ça, tout ça! En mode Mariah Carey: all I want for Christmas is you, vous voyez et bien c’est pas pour moi.

Pas que j’ai toujours détesté cette fête. Non non, loin de là. Mais voyez vous,  cette année et comme les années précédentes depuis quelques temps j’ai envie de dire, je ne ressens pas le besoin de absolument devoir mettre un sapin, je ne suis pas extasiée devant les lumières de ma ville et même si l’amoureux m’emmène dans des marchés de Noël, je le suis bien volontier parce que j’aime sortir avec lui et lui faire plaisir mais je ne suis pas excitée à l’idée de boire un bon vin chaud et de faire du patin à glace dans la capitale. Mais, j’aime découvrir de nouvelles villes, de nouvelles destinations et ce n’est pas un calvaire que d’y aller. Croyez-moi. Par exemple, je vais à celui de Bruges ce week-end et je suis impatiente d’aller à Bruges (plus qu’au marché de Noël, je dois dire mais Bruges quoi hihi).

Alors est-ce grave docteur? Est-ce que cela fait de moi un monstre? Parce que même si je ne suis pas du genre à en faire des tonnes niveau décoration ou activités hivernales, je suis partisane de cette ambiance, du plaisir d’offrir, de se retrouver en famille et de dire à ses proches que l’on s’aime et que l’on est content de se revoir (oui, oui vous voyez, chez moi quand votre père à 3 frères et 2 soeurs, votre mère 1 soeur et votre copain, 5 frères et soeurs et qu’en 2 jours vous devez caser les trois, les réunions familiales croyez moi c’est quelque chose). Et je suis impatiente de revoir tout le monde!

Alors, docteur quel est le diagnostic de tout cela? Croyez-vous que c’est normal de ne pas vouloir rester des heures devant des films de Noël ou de se réchauffer autour du feu avec des pulls où l’on peut voir des cerfs en train de danser et où la maison à une odeur de sapin? J’aimerais savoir ce que vous aussi vous ressentez en cette période de pré-fêtes. Partagez-vous aussi le même sentiment? Dites moi en commentaire. Bisous mes chatons.

Si vous voulez qu'on reste en contact ça se passe par ici: 
Facebook - Instagram - Twitter - PinterestHellocotton

img_0092

Pourquoi blogger Laura?

On m’a fait remarquer, il y a peu, que j’accordais peut-être trop d’importance à ce blog, que je devais peut-être lâcher prise, que si je n’avais pas le résultat espéré c’était peut-être parce que je n’étais pas faite pour cela ou que je ne m’y prenais pas bien et que j’avais sûrement mieux à faire. Continue reading « Pourquoi blogger Laura? »